Bienvenue sur le site de Jean BRUYAT
Contes, Nouvelles et Romans...

 

Histoires d'hier et d'aujourd'hui…
Jean Bruyat, sous sa plume sensible nous emmène dans le sillage des mots,
à l'écoute du temps, là où la mémoire funambule, là où nous retrouvons nos racines ou notre enfance.
Il était une fois …

 


Présentation de l'auteur.        Ecrire à l'auteur.        Commander un livre.           Poèmes          Autres  productions


 


           -depuis une douzaine d'années, Jean Bruyat a animé un certain nombre de rencontres  avec  les  lecteurs  dans  les  localités  suivantes :


                             *St Vincent de Mercuze : Bibliothèque Doudart de Lagrée, ancienne école du Montalieu.

                              *Romans : "Romans à Romans", les Cordeliers.

                              *Moras : "Salon du livre".

                              *Virieu sur Bourbe : Bibliothèque municipale.

                              *Grenoble : "Salon du livre de régionalisme alpin",  "Salon du livre alpin" -  Musée bibliothèque place de Verdun -  Palais des Sports

                               *Saint Martin d'Hères :   Office Municipal du Sport,   SMH mémoire vive,  Bibliothèques (Gabriel Péri, Karl Marx, André Malraux et Romain

 Rolland), Ecoles Elémentaires Condorcet et Joliot Curie, Tart'en Pion (dans le cadre des journées du patrimoine),  Salle Amboise Croizat. ( "scène ouverte, la fête à

Georges", en hommage à Georges Brassens), MJC village (place aux écrivains)

                                 *Gières : Bibliothèque François Mitterrand.

                                 *Tullins : "Festival de Tullins".

                                 *Voiron : "Livres à vous" au Grand Angle.  

                                  *Revel Tourdan : "Lire au coin de la Rue".

                                  *Lens Lestang : Bibliothèque.

                                  *Rives : l'Orgère  "dérives au fil des rêves".
                           
                           
*Pressins : "les Historiales" commémoration du centenaire 1914-1918.
                     
                                  
*Uriage : "Marché aux livres" .



* Informations...

                            
- Récemment paru chez Edilivre :

*"Les Chroniques du Banc de la Lune"...                        

Un homme, à l’automne de sa vie, est assis sur un banc. Ses  petits-enfants, autour de lui, l’écoutent. Le banc, c’est « le banc de la lune », enfoui, bien caché sous des frondaisons généreuses partagées entre un cyprès plutôt échevelé et un laurier géant, si grand qu’on pourrait penser qu’il va chatouiller le ciel. Juste à côté un vieux pommier, qui va allègrement sur ses quatre-vingt-dix étés, déploie toutes ses feuilles pour ne pas perdre, ne serait-ce qu’un instant, le fil de chaque histoire. Tous les soirs, d’une voix encore ferme, portée par la brise, à l’heure où le couchant embrase la colline, le Papé raconte…

Vente du livre au format papier et au format numérique sur le site : Edilivre.com
Référencement auprès de 3000 librairies et 10 000 points de vente : Amazon, Fnac.com, Chapitre.com, Leslibraires.fr, Babélio, Rue des livres...

livre version papier : 154 pages - prix public : 14 €
ISBN papier : 978-2-414-13027-6
ISBN pdf : 978-2-414-13028-3
livre version numérique : 1,99 €
ISBN epub : 978-2-414-13026-9
Dépot légal : septembre 2017

            





 
- Prochaine édition :                                                                                                                           
    *Canuts...Automne 1831, quartier de la Croix Rousse à Lyon...Parution au printemps 2018.

 

..."Lyon, quartier de la Croix Rousse. La nuit était tombée depuis déjà quelques heures. Une nuit sans lune, dense, profonde. Une nuit d’automne qui aurait pu être comme les précédentes. Pourtant, ce soir-là, il suffisait d’interroger l’obscurité. Elle trahissait sans peine quelques ombres furtives, échappées de nulle part, qui glissaient le long des rues. Silencieuses. Elles effleuraient à peine les façades. Légères, elles les caressaient plutôt. Pas trop près cependant  pour ne pas s’accrocher à un détail, une ferrure de volet, un angle saillant, un appui de fenêtre, qui pourraient les déchirer au passage. Ne pas se faire remarquer. Ruisseler comme la pluie sur l’ardoise des toits. L’ombre doit rester intacte, propre, irréprochable, présentable, comme celui auquel elle reste pour l’éternité attachée...." 

- En cours d'écriture :

*Le Mur : Nouvelle (une situation rencontrée par chacun de nous à un moment de la vie d'un être cher. L'histoire d'un mur. Entre luttes, renoncements et espoirs déçus...).


         *La clef du temps : Recueil de contes et légendes (déjà parus ou non édités)


- En prévision :

*Sans fards ni trompettes : autobiographie



Actuellement disponibles :
 

 

A l'assaut du ciel
(cliquez sur le livre)

"Vélan"

 200 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,
Editions GAP. dépôt légal 1er trimestre 2017 ; ISBN : 978-2-7417-0591-8
Prix public : 15 €

Une tranche de vie romancée, un cheminement sur les traces d'un passé au parfum des valeurs traditionnelles de la campagne autrefois, entre travaux des champs, école, commerces et métiers  aujourd'hui disparus.
Un roman, une histoire, des documents (cartes postales, photos...).

"Ce village est tel que je l'ai vécu, tel que je l'ai vu avec mes yeux d'enfant. La lumière était belle. Les figurants semblaient tout droit issus de cette terre fécondée par tous les anciens". (Jean Bruyat)

Premières impressions de lecteurs : extraits...


..."Très beau livre sur le chemin de la mémoire des ancètres, sur laz vie d'un village "Vélan" à savoir Lens Lestang, les différents métiers anciens, les commerces, la vie difficile de nos anciens et des plus jeunes, les guerres. Chacun de nous, à un moment ou un autre se retrouve dans ce beau roman. C'est l'histoire de Jean, mais quelque part, c'est aussi la nôtre puisque celle de nos ancêtres. Roman à lire et relire. Belle écriture. Un proverbe dit "Oublier ses ancêres, c'est être un ruisseau sans source, un arbre sans branches. Franchement l elivre de Jean Bruyat nous donne envie d'en savoir plus sur ceux qui nous ont précédés pour laisser à nos enfants et petits-enfants cet héritage culturel. Nous sommes, nous aussi, des "passeurs" et notre rôle est important..."
                 (Krista R.)


..."Merci à vous pour ce moment plein d'émotions, mes souvenirs d'enfance chez ma grand-mère se sont réveillés...
les odeurs de plats mijotés sur le poêle à bois, la liberté de jouer dans les prés et vers la rivière pour des aventures extraordinaires,...
le gout de la crème du lait fermier du chocolat chaud, la venue du marchand ambulant qui était une caverne d'Ali Baba pour une enfant, les cabanes faites de tout et de rien mais que d'aventures !...
les gouters maison d'une simple tartine beurrée avec du chocolat râpé mais quel délice ! et ma grand-mère qui ne se reposait que pour une sieste éphémère et qui ne se plaignait jamais !
Je retiens surtout une grande liberté de jouer, d'imaginaire et de petites choses simples ! "...
                     (Muriel T.)

..."Magnifique roman...Par le détail des mots, on retrouve tout à fait les images, les couleurs, les parfums de notre enfance. Bravo !"...
                  (Aimé Chaléon - Conseiller Départemental du Canton Drôme des Collines)




 

A l'assaut du ciel
(cliquez sur le livre !)

"Ma Galochère" - Balade en mémoire - Portraits


146  pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,

Editions GAP. dépôt légal 1er trimestre 2016 ; ISBN : 978-2-7417-0573-4 ; N° d'impression : 337 613
Préface :  David Queiros (Maire de St Martin d'Hères, Conseiller Départemantal de l'Isère)

à découvrir l'interwiew sur France Bleu Isère (Portraits d'Isère du 16 mars 2016 - Michèle Caron)

L'auteur, né à la Galochère raconte ses souvenirs d'enfance...

Moments choisis entre l’usine, les bistrots, la scierie, la laiterie, les épiceries, la SACER, le bureau de tabac… les petits artisans…mais aussi, les vogues, les jeux de boules, les Anguisses, le Mûrier, l’Ecole et ses maîtres, les copains…
Enfants du hasard ou de la providence pour qu’à son tour, vive et reste en notre mémoire, ce quartier.
Cette « Galo »…Si proche et si lointaine…Ils ont vécu là…Il était une fois, l’enfance...


"Les leçons de l'enfance se gravent sur la pierre, celles de l'âge mûr disparaissent comme les nids des oiseaux ..."
                                                                (Proverbe arabe du XVe siècle)

 

        Des lieux, des portraits, des anecdotes, la vie vraie au quotidien, autant de descriptions qui nous apprennent l'histoire des Martinérois, leurs difficultés mais aussi leur générosité et leur solidarité.
          Ma Galochère, balades en mémoire... est une belle leçon de vie, de courage et d'amitié.
     Authentique passeur de mémoires, Jean Bruyat  nous invite à partager le Saint-Martin-d'Hères d'hier à aujourd'hui et touche ainsi à l'essentiel : le lien social, ciment de notre société.

                                                              (David Queiros - extraits de la préface)

 

Premières impressions de lecteurs : extraits...

« …Histoire de toute une population de gens humbles, tous personnages attachants… frasques de jeunes adolescents.
Un récit à la Pagnol, plein de fraîcheur, et d’odeurs...».  
(Michèle Caron – France Bleu)


..."Je me suis régalée en lisant ce livre. Je retouve une part de mon enfance : la modernité qui entre dans la cuisine, la forge, mon père tapant sur le fer rougi pour lui donner forme, ma mère actionnant le soufflet pour entretenir le foyer...Un bouquin plein d'émotions..." (Ghislaine R.)

..."C'est comme un film qui défile tellement les mots sont vivants, justes et bien choisis...et c'est vrai que Pagnol n'est pas bien loin...de la belle ouvrage..."
(Annick B.J.)

..."Comment ne pas rester admiratif de ce bel ouvrage narré en toute simplicité et émotion avec tant d’anecdotes si précisément évoquées.
Je suis de la génération qui vous succède mais qui encore reste en admiration face à des pourvoyeurs de mémoires dont vous faites partie.
Il ne me reste aujourd’hui que l’armoire aux souvenirs des objets qui dorment dans l’attente d’une résurrection…verbale pour ma part.
Bravo et encore
MERCI..." (Gérard  F.)

"...J'ai eu la larme à l'oeil car j'ai aussi ce regret de ne pas  savoir plus de choses sur mes parents, mais la vie est ainsi avec ses joies et ses peines...Je garde un excellent souvenir de cette période où nous étions jeunes, insouciants et le vie était devant nous..."  (Marcel B.)

"...Au travers de ta plume habile, lègère et quelque peu vagabonde, tu as su peindre cette époque, ces lieux, ces portraits que j'ai un temps fréquentés. Cette époque d'abord où on ne comptait pas sa peine au travail, où l'entraide était courante sinon nécessaire, où le système "D" fonctionnait à merveille, où l'unité qui mesurait le temps n'avait pas la même valeur que celle d'aujourd'hui..." (Gérard R.)

"... Je viens de terminer le livre. Il m'a permis de découvrir l'histoire de ce quartier. De beaux moments au fil des pages, des lieux, des anecdotes, des portraits de tous ces personnages qui en ont fait l'histoire...L'évocation des fêtes de la jeunesse m'a fait me souvenir des problèmes soulevés par ma mère auprès du prof de gym. Il n'était pas question que sa fille se balade dans une tenue aussi indécente, en short bleu et maillot blanc et défiler dans les rues de la ville !!! Je revois la scène comme si c'était hier et mon père, qui, lui, était si fier que sa fille participe à cette manifestation n'y voyait aucun problème...Je quitte donc ce livre avec une certaine émotion..."  (Monique M.)

 






 

A l'assaut du ciel
(cliquez sur le livre !)

"à l'assaut...du ciel" (roman)

218 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,
Editions GAP. dépôt légal 2è trimestre 2015 ; ISBN : 978-2-7417-0552-9 ; N° d'impression : 279673
Préface :  Michel Etiévent


Premières impressions de lecteurs : extraits...

-"Un texte passionnant et tragique". (Marina Vlady).
-"J'ai adoré, véritablement saisie par l'histoire et la part belle faite aux femmes". (Ghislaine Revilliod).
-"Très beau texte. Personnages fabuleux". (Françoise Reale).
-"Un régal du début à la fin". (Joëlle Satin).
-"Les mots m'ont fait prendre part, comme si j'y étais, à ces heures mémorables de notre histoire...J'ai vibré avec celles qui se sont battues pour l'égalité et la liberté...J'ai pleuré aussi par moments. Merci. Il est magnifique". (Annick Brunet Jailly).
-"Ecriture classique. Une intrigue bien menée qui procure comme dans les précédents ouvrages, du plaisir au lecteur".       
(Anne Vilain - Librairie Majolire Bourgoin Jallieu).
-"Je me suis rendu compte en lisant ce roman que je connaissais en fait, assez peu de choses sur cette période de notre histoire ..."
(Jacques Fournier).
-"La Commune est le roman du peuple. Dans une langue limpide, élégante, l'auteur, au détour des évènements, ressucite quelques personnages de ce geste héroïque, si longtemps occulté dans les livres d'Histoire. Dès la première page, il sait planter le décors, nouer l'intrigue : Paris, 14è arrondissement, entre loup et chien. Nuit d'hiver...personne ne pouvait deviner qui, du loup ou du chien prendrait la suprématie sur l'autre...Toute la narration est de cette belle veine, sobre, énergique, rédigée dans un beau français pathétique très souvent...Un roman du peuple qui initiait, qui initie toujours, à la résistance..."  (Jean Moreau - Vice Président d'Honneur de la Fédération des Délégués Départementaux de l'Education Nationale - Revue nationale "le Délégué" de décembre 2016).
-"J'ai dévoré votre roman... Merci d'avoir rendu cette histoire si vivante ! " (Marianne G.).
La Commune de Paris. 72 jours pour se lancer…« à l’assaut du ciel ». Moments oubliés pendant lesquels les femmes en général, des plus célèbres, à celles qui, dans  l’anonymat, entre  vie quotidienne et positions courageuses voire  héroïques,  jouèrent un rôle capital.
Au détour de faits réels et au-delà des  évènements heureux ou parfois malheureux qui contribuèrent à créer le sel même de l’histoire de la Commune,  chacun  pourra  découvrir  quelques personnages emblématiques de cette extraordinaire épopée.

Hommage à toutes celles et à tous ceux qu’une certaine mémoire collective a consciencieusement effacés…






 

Muna
(cliquez sur le livre !)

"Muna" (roman)

194 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,
Editions GAP. (2013) ;
Préface :  Yves Duteil (le village endormi) avec l'aimable autorisation des Editions de l'Ecritoire.

(Cet ouvrage  s'inscrit  dans le cadre de la commémoration  du centenaire  de  la  guerre  de  14-18)


Un village oublié des hommes, en Corse, au pied de la Sposata...
Occasion de rendre hommage à tous ceux qui, de 1914 à 1918, ont sacrifié leur vie et leur jeunesse et de  dénoncer, avec le recul nécessaire, certaines injustices dont furent victimes les Corses.

Itinéraires croisés entre :
-la Corse : Muna
-l'Isère : la montée des revendications ouvrières à Grenoble et St Martin d'Hères notamment en 1906, l'engagement d'une jeune institutrice de St Vincent de Mercuze (Montalieu) comme infirmière aux armées.
-la Drôme : Hauterives à la rencontre du facteur Cheval, Lens Lestang et la campagne, les enfants des écoles et l'instruction militaire, les femmes et les travaux des champs.
-la guerre, la vie au front et dans les tranchées...


Premières impressions de lecteurs : extraits...

..."Grand vent de succès à Muna sur des chemins partagés en lumière et en amitié"..

Yves Duteil


"Le point de départ de ce roman est sans appel. L'auteur, Jean Bruyat aime la Corse. Son amour de notre île l'a conduit à Muna, petit village de la région de Vico. Son passé d'enseignant laïque et républicain traverse son roman..."


Louis Sartè (Président d'honneur de l'Amicale des Corses et des Amis de la Corse de l'Isère)

"...récit poignant empreint d'humanisme"...
"...touches émotionnelles, destins croisés, partages d'une rare intensité"...
"...jeu subtil entre profondeur et fragilité des êtres en prise aux causes collectives"...



...."J'ai beaucoup aimé l'histoire et plus encore l'écriture. Elle nous emmène à la fois en Corse, dans des régions de l'Isère que je connais et nous replonge facilement dans le temps. Bravo"...

Serge Revel (Vice Président du Conseil Général de l'Isère)


...
" Un hymne à la Corse, à sa beauté et à l'esprit farouche et indomptable de ses habitants. Un voyage dans le temps et  l'histoire, de lîle de beauté à la Drôme et l'Isère, sur les traces d'un conflit et des hommes qui se sont sacrifiés pour leurs idéal de justice et de liberté"...

Marc Mingat (Rédacteur en Chef du magazine METROScope  n° 103, Juillet-Août 2013)



 

La passante
(cliquez sur le livre !)

"La Passante" (roman)

226 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,
Editions GAP. (2011)

… Incertitude du temps présent dans un monde où tout n’existe qu’en opposition avec son contraire : la réalité et  l’imaginaire ;  le bien et le mal ; le jour et la nuit,  la vie et la mort…  
     
             En parcourant ce texte, le lecteur aura l’occasion
 de retrouver, quelques années plus tard, les personnages du précédent roman de Jean Bruyat « la maison aux volets bleus ». Peu à peu  le voile va se lever sur ce que fut  « l’affaire  Camox » grâce à la perspicacité d’un  flic exceptionnel : Greg Taupin dit « le héron »…

          Un roman où l’auteur tricote avec bonheur imaginaire et réalité… La vie ?  Entre moments de doute et  instants de certitude, la vérité  pendule au dessus du vide. Elle oscille lentement à tel point que nos sens s’en trouvent parfois abusés.

                Espace limité de rencontres entre illusion et réel hanté par l’image d’une femme, Mado.  Paul, le  personnage principal, aurait souhaité la  garder près de lui  alors qu’elle n’est en fait, et n’aura été, comme beaucoup d’autres hélas,  qu’une  passante …
                                                                   

« Jean Bruyat semble exercer un exercice jubilatoire avec l’écriture. Il joue avec les phrases, avec les mots, avec les sons, avec les images…Il manie avec volupté les retours au passé et les excursions dans le présent…On est transporté, bousculé à la recherche de la femme aimée, perdue puis retrouvée avant d’être à nouveau perdue mais définitivement pour n’être qu’une passante. 

Un polar ? Certes, mais une suite de « la maison aux volets bleus », titre d’un précédent ouvrage. Mais le personnage central à travers les épisodes particuliers, c’est bien la femme. Dans tout son esthétisme dont l’auteur s’enthousiasme et célèbre le cou avec récurrence (celui qui partage avec le lobe de l’oreille la goutte discrète de parfum, signature fugace qui laisse aux lèvres aventurières la fragrance du rêve).

Max Blanchard (Bulletin Municipal « SMH » ; août 2011)


Libre Pasage..."Après "la maison aux volets bleus" l'auteur martinérois navigue entre onirisme er réalité à la rencontre d'une femme qui semble voyager dans l'espace temps. Ce nouveau roman construit sur les rites de passage et de dédoublement, donne l'occasion au commissaire Taupin dit "le Héron" de conduire une nouvelle et passionnante enquête."

Rubrique "livres" du  N° 92 du Metroscope  (magazine bimestriel de la communauté d'agglomération grenobloise de novembre décembre 2011)


« J’ai rencontré il y a quelques années Albert Jacquard (*)…J’ai pensé que ce qu’il disait de la rencontre favorisait des passages…Passer…On sert de passeurs, de transmetteurs dans les rencontres que l’on fait tout au long de la vie…J’ai imaginé une personne qui part à la rencontre d’une femme, la passante. Une passante parmi d’autres. Recherche d’un double en quelque sorte… »

Propos recueillis par Alexandre Klein (interwiew dans le Dauphiné Libéré du 31.07.2011 – Rencontre)

(*) : Nous ne voyons pas le monde avec nos yeux, nous le voyons avec nos concepts  (Albert Jacquard - "Petite philosophie à l'usage des non philosophes" - p 178 - Editions Québec Livres)




 


(cliquez sur le livre !)

"Le foulard Rouge" (roman)

96 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,
Editions GAP. (2008)

avec le soutien du Conseil Général de l'Isère

Conseil Général de l'Isère

                    En écoutant une chanson de Jean Ferrat, le narrateur se souvient des moments pénibles ou exaltants partagés avec trois camarades de classe pendant la période 1939-1945 dans la région grenobloise. C’est pour lui l’occasion de nous faire revivre ces évènements avec le recul nécessaire de l’histoire et également nous rappeler que dans certaines situations, il faut savoir dire « non ». « Non » à tout ce qui peut avilir l’homme, le rabaisser, le détruire au nom de dogmes que d’autres souhaitent lui imposer par la force.

         


  "Sans vouloir être une authentique page d’histoire, « le foulard rouge » est un des bons livres que j’ai lu sur la Résistance. A la différence de certains poncifs trop personnels, sensationnels ou dramatiques, Jean Bruyat, dans un style remarquable décrit simplement à travers les réactions d’un enfant, la Résistance telle qu’elle fut vraiment animée, de l’institutrice, de l’anar espagnol, de l’étudiant au traminot, par de simples gens dénués de compétence et de vocation guerrière, dressés contre le fascisme ambiant, à l’appel de leur seule passion pour la liberté. Les faits eux-mêmes sont proches de la réalité.

                                                   Si, comme je l’espère, on le met à leur large disposition, ce livre donnera probablement aux élèves envie de se renseigner plus avant sur la Résistance et peut être l’occasion de comprendre qu’elle fut certes l’addition de faits d’armes très osés ou qui, à l’échelle de la guerre  telle qu’on leur la montre peuvent ne pas toujours paraître très importants, mais aussi et surtout un ensemble d’engagements, qui en fait, à l’égal par exemple de la Révolution française, un moment capital et décisif de notre histoire.

J’en remercie et en félicite Jean Bruyat".


Docteur Pierre Fugain 

"Commandant Richard", Chef national adjoint des Forces Françaises Combattantes, Président d’honneur de l’ANACR, Commandeur de la Légion d’honneur.



"Une école élémentaire, des enfants, un petit village paisible de la vallée du Graisivaudan, les valeurs républicaines incarnées par le maître d'école, et soudain la guerre. Comment l'idéal de la résistance va-t-il faire son chemin dans la tête  des enfants et leur livrer les clés d'une éthique et d'une dignité humaine intransigeante face au dogmatisme, c'est là toute la force du livre. Un foulard rouge porté au maquis symbolise le passage de relais fraternel  afin de continuer la lutte en faveur de la dignité et de la liberté. Savoir dire "non" pour rester un homme...Une morale en forme de valeur universelle"

Marc Mingat 

(Rédacteur en chef du mensuel d'information de Grenoble-Alpes-Métropole ; Communauté d'agglomération grenobloise)

                                                                   



"Roman d'aventure ? Roman d'histoire ? Roman d'abord !  Un  jeune  garçon  du Grésivaudan, Lucien, acteur et témoin de la guerre de 1939-45 : sa découverte de la répression, de la solidarité, de la résistance. Un récit scandé par des vers de poésie et de chansons (nuit et brouillard, le chant des partisans, l'affiche rouge). Un hommage manifeste qui fait une bonne part à la libération martinéroise et aux combats de la Galochère..."

Max Blanchard

(Directeur du service informations municipales de Saint Martin d'Hères)

                                                                                          


"...Sans  avoir la prétention  d'être un livre d'histoire, ce roman, selon la volonté de l'écrivain, démontre que par-delà les idéologies, des êtres aussi ordinaires soient-ils, peuvent s'élever conter l'injustice et s'unir. La figure locale de la résistance Pierre Fugain a d'ailleurs accepté de lui dédier une très élogieuse préface..."

Marion Morgana


(Dauphiné Libéré du lundi 24 novembre 2008)

                                                                                          


"...Préfacé par Pierre Fugain, figure emblématique de la Résistance, disparue en juillet dernier, le roman de Jean Bruyat relate les évènements et l'atmosphère  des années 1939-45 sans pour autant "coller" à l'histoire. Si certains faits sont réels, d'autres sont purement fictifs  et c'est là tout l echarme de ce roman historique. Vu à travers les yeux de deux enfants, Lucien et Clovis qui vivent dans la vallée du Grésivaudan, l'histoire déroule sa terrible  réalité de Grenoble aux maquis jusqu'à la bataille de Gières  et la rencontre avec les "Américains". Entre temps, et comme leurs aînés, les gamins vont eux aussi entrer en Résistance. A l'aide d'une antique bicyclette, ils transportaient les messages  des résistants et leur mission est tout sauf un jeu..."

(Isère  Magazine - rubrique temps libre - octobre 2009)



 

La maison aux volets bleus
(cliquez sur le livre !)

La maison aux volets bleus (Roman)

200 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,
Editions GAP. (2006)

Ce roman retrace un épisode pendant lequel les salariés d'une "Fabrique",
menacés de licenciement, s'unissent et finissent par créer leur propre coopérative
face à la multinationale qui les employait.

La "Société Ouvrière Coopérative Camox" naît peu à peu malgré les intérêts particuliers,
les personnalités ou les idéologies affirmées, voire divergentes, des uns et des autres.

C'est donc un itinéraire, un espace où les valeurs traditionnelles de relation à l'autre, de solidarité, d'humanisme et d'utopie partagée, auront l'opportunité de sourdre lors de nombreuses situations mettant en scène des personnages très campés…

                                       

                       

"Jean Bruyat noue une intrigue en sachant évoquer son climat. Les noms désignent les êtres et  les choses du monde,  les  adjectifs les  qualifient avec  délicatesse et , à l'occasion , sens du  mystère.
D'où le charme peut-être de cette écriture  proustienne...

L'auteur est aussi un écrivain d'une  rare qualité".

                Jean Moreau  (chronique "lu pour vous" de la revue  de la Fédération des Délégués de l'Education Nationale N° 214 de mars 2008)

                                                         


                "La maison aux volets bleus". Cette maison est celle de l'enfance, de la chaleur humaine, de la nostalgie.                     Cet ouvrage est un hymne à l'amour, à l'amitié où transparaît l'humanisme à fleur de peau..."

                                    Max Blanchard (SMH mensuel n° 292 de février 2007)



 

Sources
(cliquez sur le livre !)

Sources (récits, légendes inédites)

40 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture quadri pelliculée,
Editions GAP. (2004)

Mots de source. Mots de ressource. Mots racines. Ilots d'humanisme à contre vagues,
à contre temps. Petites histoires qui parfois, au détour des mots ou des aventures tutoient la grande.

Plusieurs extraits de ces textes ont été utilisés dans le cadre d'un projet pédagogique sur le contrôle de la compréhension conduit par le laboratoire de Sciences de l'Education de l'Université Pierre Mendès France, l'Inspection de l'Education Nationale de St Martin d'Hères.

 


 

Un, Deux, Trois, Quatres...
(cliquez sur le livre !)

Un, Deux, Trois, Quatre...
... Petits Contes pour Grands Enfants
(contes ou légendes)

40 pages au format 15x21, dos carré collé, couverture pelliculée,
Editions GAP. (1999)

Ouvrage ayant fait l'objet d'une dotation du Conseil Général de l'Isère.

Monde merveilleux dans lequel grâce à la magie des mots et du rêve qui habite chacun de nous, l'enfance vibre encore d'imaginaire et de liberté. Voyage au pays des Fraouëts à Plouguéven en Bretagne… Au village du dernier des félibres de la vallée de l'Escabeille en Provence…
Au royaume de la fée Mercuze à Montalieu… Dans l'antre de Nazouska la terrible sorcière…


" …Je vous en félicite. J'espère que vous continuerez dans cette voie. Les enfants vous en remercieront "

Pierre Magnan, écrivain.

                                                           


" …je ne suis pas insensible à votre entreprise d'écriture et vous souhaite vivement de la poursuivre…le sac de Benjamin, quelle belle idée ! "

René Thibaud, (Editions Gaspard nocturne)

                                                            


"...Jean Bruyat s'adresse directement au lecteur. La dimension de l'oralité est bien présente, foisonnante d'images..."

                                                                                                      Vincent Wales (Dauphiné Libéré janvier  2000)

.


 

De noir et de feu
(cliquez sur le livre !)

De noir et de Feu (Nouvelle)

64 pages au format 21x15,
ESTI imprimerie Atelier de St Martin d'Hères. (1999)

Préface de Michel Etiévent écrivain, journaliste, historien auteur de nombreux ouvrages sur sa Savoie natale et de biographies...

Un village de la vallée du Grésivaudan. Le hameau de Montalieu à St Vincent de Mercuze, au XIXè siècle. Une tranche de vie romancée de la charbonnière de Giuseppe aux forges de Monsieur le Marquis, en passant par l'école et les travaux des champs.
Deux enfants cheminent sur les sentes de ce passé récent parfumé aux valeurs traditionnelles de la campagne d'autrefois.


                                                       

"...La mémoire de Jean glisse vers l'autre siècle  où les hommes à l'assaut du ciel cherchaient à féconder l'avenir. C'est le petit peuple d'Hugo que Jean ranime. Celui des fonderies ou des barricades. Sous la main de Jean, les mots sont rouges et noirs. Rouges comme  la flamme du rêve. Noirs comme le charbon et la douleur. Ici les mots remuent...."

           
                                                                                                                                  
Michel Etiévent, écrivain

                                                        



" …Ma fois, vos souvenirs m'ont captivé jusqu'au bout et je vous en remercie…J'ai vécu de juin 43 à octobre 44 à St Pierre d'Allevard, Goncelin, Pontcharra…un bien beau pays "

Pierre Magnan (écrivain)


 
"...Ces deux enfants prennent par la main le lecteur au bout du chemin. Cette page d'histoire entre 1860 et 1872 est assurémént une période riche en évènements. Ainsi nous retrouvons les activités industrielles locales d'autrefois, du charbon de bois aux forges alors totalement décadentes, un monde que l'auteur connaît bien...Et ce parfum d'antan ! C'était tout juste hier..."

                                                                                                          Vincent Wales (Dauphiné libéré mars 1999)

                                                        


"...Autant de moments et de faits vécus qui vont toucher et marquer les enfants sur les chemins le long du ruisseau de l'Alloix...Un ineffaçable souvenir, le cérémonial immuable du cerclage des roues en bois...Souvenirs puisés dans ceux des anciens du village, racontés d'une manière  particulièrement sincère, profonde avec des mots ciselés dans une grande sensibilité..."

                                                                                                          André Magnon (Dauphiné Libéré mai 1999)


 


Présentation de l'auteur.        Ecrire à l'auteur.        Commander un livre.